Post Format

Il y a 1an, le grand saut vers l’inconnu!

Nous sommes ensemble et pourtant je suis déjà loin…. J’ai perdu la notion de l’homme avant de l’avoir quitté!

Jour de départ
Sur la plage du départ, nous nous croisons, embrassons, encourageons.
Mc Coy filme un bout de vie. J’ai, moi aussi, la boîte à images dans les mains mais je déambule d’un à l’autre, ivre de l’angoisse de partir. Est ce vraiment de l’angoisse ou l’impatience de me retrouver seul?
Nous embarquons en pirogue vers nos canots. Notre maison, notre confident. Ils vont devoir nous supporter et, personnellement, à m’apprendre la mer.
Je fais confiance en Lilo. Il a été fait pour moi et testé par Alain!
Il m’a légué son bateau comme on lègue un trésor de famille. Rien n’a été au hasard et il a tout fait pour que je puisse partir dans de bonnes conditions.
Quand on y pense, j’ai beaucoup de chance…. Bien sûr de pouvoir réaliser un rêve d’enfant, mais aussi de pouvoir témoigner de la force de l’amitié, de la fratrie qui peut se créer entre rêveurs!
Alain « Alpha » Pinguet a cru en moi, je pars avec un bout de lui.
Le départ a sonné.
L’ancre remontée, j’envoie les premiers coups de pelles!
Alinou, Christophe, Thomas sont prêts de moi. Ils m’encouragent et me donnent un cap à suivre.

L’enthousiasme me pousse à avancer à toute allure… Je me sens bien! Je croise le regard de Salomé qui m’apprend que son routeur lui dit de ramer toute la nuit pour ne pas revenir sur la côte.
De mon côté, avec Philippe, on ne s’est donné aucune consigne! « Fais corps avec ton bateau! »
Malheureusement, les vents et les courants prennent le dessus à la tombée du soleil! Je me sens dériver vers le sud est! C’est mauvais signe! Je reprends les pelles en mains et repars de plus belle…. J’ai beau être une tête de mule, je n’avance pas, je recule!!!
Le guyavoile passe à mes côtés pour s’assurer que tout aille bien!!!! Il est 3h!
Bordel quel galère!
Et pourtant je me sens bien!
Philippe me donne un coup de téléphone, « pas de problème, on jette l’ancre…. »
Les courants et les vents se sont intensifiés. Il n’y a plus qu’à attendre une bascule de vent!
Je vois Dakar en face de moi, je me couche!

 

 

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.